Pourquoi l’assurance vie reste un placement incontournable ?

8 septembre 2020

Accueil » Assurance » Pourquoi l’assurance vie reste un placement incontournable ?
Sommaire de l'article

Ces derniers temps, les journaux relaient l’information selon laquelle les épargnants français se détournent de l’assurance vie. En pratique, le constat est plus nuancé, on observe au cours des derniers mois une légère baisse des versements vers les contrats d’assurance vie. Reste qu’il y a une part de vérité dans cette désaffection supposée des épargnants pour l’assurance vie. En effet, les fonds euro (ils représentent 75 % des encours investis en assurance vie) n’intéressent plus autant les épargnants qu’avant. La raison en est simple, les fonds euro, à l’image des autres placements sans risque, ne rapportent plus grand chose. Faut-il pour autant se détourner de l’assurance vie ? Cet article apporte un éclairage sur les spécificités de l’assurance vie et la place qu’elle peut occuper au sein du patrimoine.

L’assurance vie ne se résume pas aux fonds euro

Nous l’avons dit en introduction, l’assurance vie permet d’investir dans des fonds euro. Les fonds euro sont des placements dont le capital est garanti. Pour cela, les assureurs ayant la charge de gérer les fonds euro allouent essentiellement le capital sur des actifs non risqués. Ainsi, les fonds euro font la part belle aux obligations émises par des pays ou des entreprises dont la signature est de grande qualité (là où le risque de défaut de paiement est quasiment nul). Ces obligations de qualité servent des rendements très faibles. Le taux s’approche même de 0 % pour les obligations de grands États occidentaux à l’économie solide.

 

Face à ce constat, les épargnants ne font plus l’effort d’ouvrir ou d’alimenter une assurance vie, ils se contentent de réaliser des versements vers leurs livrets, même si ces derniers délivrent une performance inférieure à celle des fonds euro. En effet, le taux du livret A est de 0,50 % tandis que la performance moyenne de fonds euro en 2019 était de l’ordre de 1,4 %. Il s’agit d’une moyenne, certains fonds euro ont délivré des performances supérieures à 2 %, soit 4 fois plus que le livret A ! À ce titre, on peut conseiller aux épargnants de bien prendre le temps de comparer les offres avant de souscrire un contrat. Les meilleures assurances vie en ligne sont sans frais sur versement et proposent des fonds euro dont la performance est bonifiée en fonction de l’allocation en unités de compte. L’assurance vie présente un intérêt fort pour les épargnants désireux de placer leur argent sur un produit sûr.

 

Les épargnants ont tendance à l’oublier, mais l’assurance vie ne se résume pas au fonds euro. Les contrats d’assurance vie distribués par les banques et les courtiers sont quasiment tous des contrats multisupports. Les épargnants peuvent donc loger des fonds euro, mais également des unités de compte dans l’assurance vie.

Derrière le terme abstrait d’unité de compte se cachent des supports financiers de diverses natures. On peut trouver des OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières), des FCP (fonds commun de placement), des fonds indiciels, etc. Ces fonds peuvent être investis en actions, en obligation, ou diversifiés. On trouve même des supports d’investissement immobilier.

Les unités de compte s’adressent généralement aux épargnants souhaitant valoriser leur patrimoine à long terme. Nombre de ces supports d’investissement comportent un risque de perte en capital. Aussi, tout le monde n’a pas les compétences pour gérer son assurance vie. Pour assurer ce travail, il est possible de déléguer la gestion de son assurance vie.

Gestion libre ou gestion sous mandat ? Les épargnants ont le choix

Les assurances vie multisupports offrent des possibilités d’investissement illimitées. Pour l’épargnant ordinaire, il n’est pas du tout évident de savoir comment allouer le capital investi en assurance vie, dès l’instant où l’on sort des fonds euro. En optant pour une gestion pilotée, l’épargnant donne mandat à un gestionnaire pour prendre la main sur l’allocation des encours investis au sein de l’assurance vie.

 

La première étape pour le gestionnaire sera de déterminer le profil de l’épargnant. Quel est son horizon d’investissement ? A-t-il des projets financiers particuliers ? Quel est son aversion au risque ? En fonction de ces éléments, le gestionnaire pourra optimiser l’allocation patrimoniale au regard des objectifs financiers de l’épargnant.

La gestion déléguée est un service payant, de l’ordre 0,7 à 1 % en moyenne. Les épargnants peuvent faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine, une banque, ou encore une société de gestion spécialisée. Certaines Fintech ont fait leur apparition sur ce segment ces dernières années en proposant des services accessibles en ligne performants et à tarifs très compétitifs.

Assurance vie : un dispositif au cœur du développement du patrimoine financier

assurance vieNous l’avons vu, l’assurance vie permet d’investir sur un grande nombre de classes d’actifs en passant par les supports financiers accessibles en unités de compte. Toutefois, il est existe d’autres outils pour diversifier son patrimoine, notamment le compte-titres ou bien le plan d’épargne en actions. Alors pourquoi préférer l’assurance vie ? Ce qui fait la force de l’assurance vie et son attrait face aux autres produits d’épargne, c’est sa fiscalité et sa souplesse d’utilisation.

 

L’assurance vie est ce que l’on appelle une enveloppe capitalisante. Le principe est simple : les gains collectés au sein de l’enveloppe ne sont pas taxés aussi longtemps que l’argent reste dans l’enveloppe. Plus exactement, seuls les prélèvements sociaux sur les gains des fonds euro sont prélevés annuellement. Pour le reste (les gains en unités de compte), l’investisseur peut réinvestir 100 % des gains. Cette caractéristique fait de l’assurance vie une solution de prédilection pour investir à long terme.

 

Contrairement à ce que certains pensent, l’argent investi en assurance vie n’est pas bloqué. Cette confusion vient du fait qu’il faut attendre 8 ans pour réaliser des retraits en bénéficiant d’avantages fiscaux. Mais rien n’interdit de réaliser des rachats partiels avant cette date.

 

Après 8 ans, les retraits sont exonérés d’impôt sur les plus-values, dans la limite de 4600 euros par an. Ce montant correspond à l’abattement appliqué sur les plus-values imposables et non le montant global du retrait. L’abattement annuel est porté à 9200 euros pour un couple (marié ou pacsé).

 

Le dernier atout fiscal, et non des moindres, concerne la transmission du patrimoine. En ligne directe, chaque parent peut transmettre sans impôt 100 000 euros par enfant au moment de la succession . Pour beaucoup, cet abattement est insuffisant. L’assurance vie permet d’aller plus loin. En effet, l’assurance vie permet de transmettre hors impôt jusqu’à 152 500 euros à toute personne désignée bénéficiaire du contrat, même hors filiation. Pour cela, le souscripteur de l’assurance vie doit néanmoins réaliser les versements avant ses 70 ans.

En résumé

L’assurance vie est un dispositif jouissant d’arguments très forts :

  • une souplesse d’utilisation (les retraits sont possibles à tout moment),
  • de vastes possibilités de diversification (via les unités de compte),
  • et des avantages fiscaux (pour l’épargnant comme pour ses héritiers).

 

L’assurance vie est unique dans le panorama des solutions d’épargne en France. À ce titre, elle constitue toujours une solution incontournable pour développer son patrimoine financier, malgré la récente baisse de performance des fonds euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 ⁄ 5 =