Comment créer une entreprise en Asie ?

2 novembre 2021

Accueil » Entreprise » Comment créer une entreprise en Asie ?
Sommaire de l'article

Tous les futurs entrepreneurs ne voient pas forcément la France comme un Eldorado. Ils sont à la recherche d’un continent plus porteur, en termes de marché. L’Asie correspond tout à fait à ce type d’attente. Mais comment faut-il faire pour y créer sa structure ?

Asie : comment y implanter son entreprise ?

Il peut être difficile, sans s’y rendre, de pouvoir créer une société à Singapour ou toute autre grande métropole d’Asie. Certains secteurs d’activité sont tout bonnement interdits, car réservés, ou alors, seulement quand s’établissent des partenariats. Cela sera le cas en Chine, par exemple. Il est donc important de se renseigner en amont sur la faisabilité d’un tel développement à l’international, en visant l’Asie.

C’est pour cette raison que des organismes aident les futurs entrepreneurs ou les chefs d’entreprise désireux de se développer à l’international à effectuer leurs différentes démarches.

Occupés à se concentrer sur leur cœur de métier, il faut pourtant ouvrir un compte bancaire sur place et recruter du personnel, ce qui n’est chose aisée. Pouvoir se reposer sur des personnes qui connaissent le pays, mais aussi les spécificités des grandes villes est un excellent moyen de pouvoir être opérationnel plus rapidement et dans les meilleures conditions.

L’Asie fonctionne différemment en termes de recrutement, mais aussi au niveau de la paie, avec des lois différentes. Or, tous les chefs d’entreprise, même désireux de s’y implanter, n’ont pas forcément les connaissances dans ce domaine pour élaborer les fiches de paie en adéquation avec le code du travail asiatique. Là encore, avoir les bonnes adresses est primordial pour ne pas se tromper et pouvoir échanger sur les bonnes pratiques à adopter.

Créer une entreprise en Asie : comment faire ?

Il faut déjà savoir qu’en fonction des endroits, la demande d’investissement peut être importante, ce qui n’est pas le cas par exemple à Singapour, alors qu’elle est plus exigeante en Chine ou encore en Thaïlande. Il faut alors pouvoir justifier d’un solide business plan, sur 5 ans, parfois, pour pouvoir ouvrir les portes de l’Orient et obtenir un visa investisseur.

Connaitre des personnes sur place, qui connaissent tout cela est une opportunité à saisir, pour trouver le meilleur emplacement, mais aussi avoir un secrétariat sur place, ce qui constitue le plus souvent une condition sine qua none pour une implantation locale en toute légalité. Certaines entreprises peuvent servir d’intermédiaire, pour incorporer la société, moyennant une rétribution dont le montant varie.

Avec plus de 4 milliards d’habitants, l’Asie est une terre de possibilités infinies, en termes de clientèle possible, mais aussi de partenariats. Il faut alors comprendre que les méthodes de travail peuvent différer et qu’il faudra s’adapter. Des partenaires locaux permettent d’en savoir plus et d’être préparés à ce changement.

Maitriser la langue ou avoir au moins quelques notions est un vrai plus quand on veut, par la suite, s’y installer et non pas uniquement créer une succursale. Singapour possède des infrastructures qui accueillent les entrepreneurs étrangers avec plaisir et surtout beaucoup de professionnalisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 × 29 =