Comment calculer le salaire brut en net ?

25 février 2021

Accueil » Finance » Comment calculer le salaire brut en net ?
Sommaire de l'article

Le salaire payé à un salarié est la juste rétribution de son travail ou service rendu. Conventionnellement, le salaire est calculé sur une base horaire. Donc, le salaire payé à la fin d’une journée de travail, à la fin de la semaine ou du mois sera fonction du nombre total d’heures travaillées. Toutefois, entre le salaire brut payé au salarié et celui net qu’il reçoit réellement dans son compte bancaire, il y a un écart relativement important qu’il est capital de comprendre.

Le salaire brut ou salaire payé par l’employeur

Dans un contrat de travail, quel qu’il soit, l’employeur mentionne le montant exact qu’il compte payer à son employé ainsi que les primes et autres avantages. En contrepartie de ce salaire, l’employé s’engage à donner de sa personne, de son temps, de ses capacités physiques ou intellectuelles pour améliorer aux mieux les performances de l’entreprise publique ou privée.

Donc, le salaire brut est un salaire qui n’a subi aucun prélèvement de quelque sorte que ce soit à savoir : les charges sociales, les retenues fiscales, etc. Ce sont, d’ailleurs, ces prélèvements qui transforment un salaire brut en net.

Le salaire net ou salaire prélevé

Le salaire net ou salaire imposable est le salaire brut duquel il est déduit les charges fiscales et sociales. En réalité, tous les salariés n’ont aucun mal à remarquer le salaire brut positionné en tête de liste sur la fiche de paie. Ce montant est généralement suivi de l’ensemble des cotisations ou charges salariales que sont le CSG non déductible, le CSG déductible, le CRDS, l’Assurance vieillesse, la Cotisation Apec pour les cadres, la Cotisations Agirc-Arrco, et la Contribution d’équilibre technique (CET).  

Comment procède-t-on au calcul du salaire net ?

Le calcul du salaire net se fait en déduisant l’équivalent de 15 % du salaire brut d’un fonctionnaire du public. Ce taux représente la somme des cotisations et charges sociales. Les travailleurs du privé, en revanche, sont prélevés à un taux de 23 %.

Concrètement, pour calculer le salaire net d’un salarié du secteur public qui touche 2200 € le mois, par exemple, l’opération se présente comme ceci : 2200 € – ((2 200 x 15)/100). Le salaire net qui sera affiché sur la fiche de paie du salarié tous les mois est de l’ordre de 1870 €. Ce salaire net est le revenu réel du salarié qui sera imposé. Par ailleurs, pour mieux comprendre le contenu du taux prélevé, il est de bon ton de connaître le taux de chaque cotisation.

Les premières cotisations prélevées du salaire brut par l’ONSS concernent la retraite du régime général qui se subdivise en cotisation d’assurance vieillesse non plafonnée (0,4 %) et en cotisation d’assurance vieillesse plafonnée (6,90 %).

Le taux de SCG est de 9,2 % sur soit 98,25 % ou 100 % du salaire brut. Il est subdivisé en CSG non-déductible (2,4 %) qui est imposé par l’impôt sur le revenu. L’autre CSG dit déductible est non-imposable à l’impôt sur le revenu et est prélevé à un taux de 6,8 %. Les cotisations du CRDS et de l’assurance chômage sont respectivement de 0,5 % sur 98,25 % ou 100 % du salaire brut et de 0 %.

En ce qui concerne la cotisation Agirc-Arrco, il est prélevé en suivant la tranche dans laquelle se situe le salarié. 3,15 % pour la première tranche et 8,64 % pour la tranche 2. La cotisation dite CEG pour la retraite complémentaire est comprise entre 0,86 % et 1,08 % tandis que le CET est de 0,14 %.

Toutes ces cotisations sont aussi valables pour les cadres que pour les non-cadres. Toutefois, la cotisation APEC qui s’applique uniquement sur le salaire brut des cadres est égale à 0,024 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 × 20 =