Investissement socialement responsable : tout ce qu’il faut savoir sur cette stratégie d’investissement

9 mars 2024

Accueil » Finance » Investissement socialement responsable : tout ce qu’il faut savoir sur cette stratégie d’investissement
Sommaire de l'article

Aujourd’hui, les investisseurs recherchent davantage des solutions d’investissement à la fois rentables et contribuant au développement d’une économie durable. Plus précisément, celles-ci doivent tenir compte des préoccupations environnementales, sociales et de gouvernance.

L’investissement socialement responsable (ISR) est la stratégie d’investissement qui répond parfaitement à ses conditions. Toutefois, avant de se lancer, il est important de se renseigner convenablement. On vous présente ici absolument tout ce qu’il faut savoir sur l’ISR.

 

Mieux comprendre l’investissement socialement responsable et ses origines

L’investissement socialement responsable est un type d’investissement très plébiscité depuis plusieurs années. Pour cause, il est axé sur la prise en compte des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance.

L’investissement socialement responsable : de quoi s’agit-il concrètement ?

Différentes définitions ont été données à l’investissement socialement responsable. De même, son champ d’application a également évolué avec le temps. L’une des définitions les plus utilisées est celle proposée par le Forum pour l’investissement responsable (FIR) et l’Association française de la gestion financière (AFG) en 2013.

Selon cette définition, l’ISR est un placement qui concilie performance économique, impact social et environnemental. Il finance toutes les entreprises et les entités publiques qui interviennent dans tous les secteurs et surtout qui contribuent au développement durable.

Il se fonde sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Ce sont ces trois dimensions qui permettent de mesurer la durabilité, l’impact éthique et la responsabilité d’un investissement.

Les origines de l’investissement socialement responsable

L’ISR trouve ses origines en Angleterre au xviie avec le mouvement « Société religieuse des Amis » des Quakers. Engagé contre tout acte de violence, ce groupe religieux refusait d’investir dans les entreprises associées notamment à l’esclavage ou à l’activité de corsaire.

C’est en 1971 que le Pax World Fund, premier fonds d’investissement socialement responsable a été créé. Il a permis à ses créateurs d’investir dans les entreprises non liées à l’armement. L’ISR a été reconnu à l’échelle mondiale en 2006 grâce aux Principes pour l’Investissement Responsable (UNPRI) consacrés par l’ONU dans le prolongement du Pacte mondial.

Notez que ce pacte a déjà été lancé en 2000 afin d’inciter les entreprises à adopter une attitude socialement responsable. Cela implique de s’engager à intégrer et à promouvoir des principes relatifs à l’environnement, aux droits de l’Homme ou encore aux normes internationales.

 

Des labels pour identifier les entreprises réellement engagées dans la stratégie ISR

Pour choisir un placement axé sur l’Investissement Socialement Responsable, il est nécessaire de connaître l’état du marché et surtout les labels permettant d’identifier les meilleures sociétés. Il existe quelques labels qui permettent de distinguer les niveaux d’engagement des sociétés en matière de stratégie ESG et ISR.

Le Label ISR

En France et en Europe, c’est le Label ISR qui a la plus forte notoriété. Créé en 2016 par le Ministère des Finances, il permet d’investir dans des supports d’épargne dont la gestion se base sur les principes extra-financiers ESG.

De ce fait, lorsque vous choisissez un fonds labellisé ISR, vous êtes sûrs que vos convictions en termes de développement durable sont prises en compte. Bien évidemment, les critères financiers de performance et de rendement sont considérés lors de l’attribution du label. Toutefois, il est important de préciser que le label ISR ne garantit pas un rendement positif pour votre investissement.

Par ailleurs, depuis le 1ᵉʳ mars 2024, il renforce ses exigences en ce qui concerne la lutte contre le changement climatique. De ce fait, toutes les entreprises qui exploitent du charbon ou des hydrocarbures non conventionnels seront exclues des fonds ISR. Celles qui lancent de nouveaux projets liés au pétrole et au gaz le seront également.

Le label Finansol

Ce label est plus ancien que le label ISR parce qu’il a été créé en 1997. C’est un label indépendant, car aucun acteur du pouvoir n’est associé au processus de labellisation. Il est essentiellement basé sur la promotion de la solidarité et de la transparence au niveau des produits d’épargne.

Le label Greenfin

Le label Greenfin a été lancé 1 an avant le label ISR pendant la COP 21 par le ministère de la Transition Écologique et Solidaire. Il est axé sur la transition écologique et exclut donc toutes les entreprises dont les activités sont relatives à l’exploitation des énergies fossiles ou nucléaires.

Contrairement au label ISR, ce label ne tient pas compte des critères sociaux et de gouvernance. Le processus de labellisation est donc principalement basé sur le contrôle du niveau de l’engagement écologique des entreprises.

 

Quels sont les produits d’investissement de l’ISR ?

Différents produits d’investissement sont susceptibles de bénéficier du label ISR. Il s’agit principalement des organismes de placement collectif en valeurs mobilières et des fonds d’investissement alternatifs.

Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières

Les OPCVM (organismes de placement collectif en valeurs mobilières) investis en obligations ou en actions sont labelisables depuis 2020. Ils agissent en intermédiaires afin de vous permettre d’investir sur des marchés financiers difficilement accessibles.

En effet, les OPCVM collectent des fonds et émettent des titres financiers auprès des particuliers ou des sociétés afin d’acquérir des actifs financiers. En fonction de leur mode de fonctionnement, on retrouve les Sociétés d’investissement à capital variable (Sicav) et les Fonds communs de placement (FCP).

Les fonds d’investissement alternatifs

Les fonds d’investissement alternatifs (FIA) sont des fonds d’investissement régis par la directive européenne AIFM (Alternative Investment Fund Manager) du Parlement et du Conseil Européen. Pourtant, contrairement aux OPCVM, ils ne sont pas systématiquement commercialisables dans toute l’Europe.

L’objectif des FIA est de lever des capitaux auprès des investisseurs et de les placer ensuite. Parmi les FIA, on retrouve notamment les fonds immobiliers comme les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier) et les OPCI (organisme de placement collectif en immobilier).

 

Comment peut-on investir dans les fonds ISR ?

Pour investir dans un fonds ISR, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un conseiller en investissements financiers. Votre banquier, assureur, ou votre société de gestion peut également être d’une grande utilité. Les supports d’investissement dans lesquels les parts de fonds acquises sont logées peuvent être :

  • un compte-titres,
  • un plan épargne retraite (PER) ;
  • un plan d’épargne en actions (PEA) ;
  • un contrat d’assurance-vie via des unités de compte ;
  • ou encore un plan d’épargne entreprise (PEE) grâce à votre épargne salariale.

En choisissant un de ces supports dans un fonds labellisé ISR, vous pouvez investir tout en respectant votre engagement au développement de l’économie de manière durable. De plus, vous êtes sûrs que vos placements sont en accord avec les enjeux écologiques et sociaux.

 

Comment bien investir dans un fonds ISR ?

Avant de vous lancer, il faut garder à l’esprit que tous les placements financiers ont un certain niveau de risques. Toutefois, il existe de bonnes pratiques pour réduire les risques de perte et optimiser les performances de votre investissement.

En effet, il est vivement recommandé de diversifier ses investissements. Vous pouvez varier notamment les secteurs économiques, les classes d’actifs ou même les secteurs géographiques. Ensuite, avec votre banquier ou votre conseiller en investissements financiers, vous devez pouvoir définir votre appétence au risque.

Cela vous permettra d’établir facilement des limites à ne franchir en aucun cas. Pour chaque type d’investissement, vous devez définir correctement votre horizon (court terme, moyen terme ou long terme). Notez que le choix de l’horizon d’investissement dépend de vos objectifs financiers (achat d’une maison, épargne pour la retraite ou financement des études des enfants).

En outre, ce choix dépend aussi du type de placement. Par exemple, pour un placement en actions, les professionnels recommandent un horizon d’investissement d’environ 10 ans. En matière de stratégie d’investissement, choisissez d’investir régulièrement vos liquidités.

En investissant plusieurs fois et régulièrement de petites sommes, vous pouvez limiter les risques liés aux aléas des marchés financiers. Évitez donc d’investir un montant important en une seule fois, surtout dans un fonds à haut risque.

 

Comment bien choisir son fonds d’investissement socialement responsable ?

Il existe plusieurs stratégies pour choisir un fonds d’investissement socialement responsable. La stratégie Best-in-universe est la plus répandue, surtout en France. Elle consiste à choisir uniquement les entreprises qui sont les mieux notées en matière du niveau d’engagement et de respects des critères extras-financiers ESG.

Si vous optez pour cette stratégie, vous pouvez choisir uniquement les entreprises labellisées ISR. L’approche Best-in-class reprend la même idée que la précédente. Cependant, elle favorise une sélection plus précise, car ce sont les meilleures entreprises par secteur qui sont privilégiées.

Méthode historiquement utilisée par les fonds ISR, la stratégie d’exclusion vous permet de retirer des secteurs d’activité entiers (OGM, armes à feu, alcool, etc.) de votre portefeuille. Elle permet aussi d’effectuer des exclusions normatives, c’est-à-dire d’exclure les entreprises qui ne respectent pas les normes internationales.

L’approche thématique quant à elle vous permet de sélectionner les entreprises présentes dans les secteurs d’activité liés au développement durable. Il s’agit par exemple des secteurs suivants : eau et assainissement, énergies renouvelables et santé. Notez que les fonds thématiques ont le vent en poupe, car ils sont pour la plupart axés sur les thématiques d’avenir.

Il existe aussi la stratégie de l’impact investing qui consiste à investir dans les entreprises dont l’objectif principal est de générer un impact social ou environnemental mesurable. Quelle que soit la stratégie choisie, vous pouvez remarquer que le but est de sélectionner les fonds d’investissement possédant un réel impact environnemental positif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 ⁄ 7 =