Quels sont les différents systèmes de prévoyance en Suisse ?

22 décembre 2022

Accueil » Assurance » Quels sont les différents systèmes de prévoyance en Suisse ?
Sommaire de l'article

Quand on est résident suisse, expatrié résident, frontalier ou dit poly pensionné, souscrire un contrat d’assurance retraite et de prévoyance en Suisse peut être très intéressant. Voici quelques informations pour en savoir plus, afin de faire le meilleur choix.

Prévoyance en Suisse : savoir faire le meilleur choix ?

Si la France peut se targuer d’avoir mis en place le PER (Plan Epargne Retraite), la Suisse n’est pas en reste avec un système de retraite et de prévoyance qui est bien développé.

Si vous vous trouvez dans une des situations énumérées en introduction, vous allez donc être forcément  concerné par la retraite,  cliquez ici pour en savoir plus sur les systèmes de prévoyance qui s’offrent à vous.

Alors que ces termes sont inconnus en France, on parle en Suisse de 3 piliers. En fonction de son statut de travailleur, on peut prétendre à une certaine affiliation au système de retraite.

Celui-ci se décompose en trois parties (d’où son appellation) qui regroupent l’Assurance Vieillesse, Survivant (ou AVS), qui est un pilier obligatoire, dès lors que l’on travaille ou habite en Suisse (répartition pour moitié entre l’employeur et le salarié), la prévoyance professionnelle, elle aussi obligatoire quand on travaille dans le pays (avec un taux minimum obligatoire, dans les mêmes conditions employeur et salarié), et la prévoyance individuelle qui est, quant à elle facultative, mais recommandée, pour ne pas voir son niveau de ressources diminuer de façon trop drastique, quand vient le moment de la retraite.

Comment choisir son système de prévoyance suisse ?

Comme en France, si le système de prévoyance en Suisse permet d’assurer des revenus minimum au moment de prendre sa retraite, même en cas d’invalidité ou d’accident, chaque personne est tenue si elle veut continuer à matérialiser certains projets et profiter de la vie, de souscrire un troisième pilier (le volet facultatif). Ce dernier volet peut prendre la forme de comptes, de produits souscrits auprès d’établissements bancaires ou de cabinets d’assurance.

Mais comment faire le meilleur choix, sachant que chaque établissement a ses spécificités et qu’il ne propose pas des produits réellement identiques  et qu’il faut en outre choisir entre le pilier 3A ou 3B (prévoyance liée ou libre) ?

Il est certain que cela n’a rien d’évident et que l’on a sans doute besoin de conseils pour faire le choix le plus opportun.

Pour cela, il peut sembler intéressant de se rapprocher de conseillers indépendants pour faire le point sur sa situation et donc déterminer ses besoins futurs.

Ces professionnels peuvent alors mettre en comparaison des banques et cabinets d’assurance partenaires, afin de proposer à leurs clients l’offre qui leur semble la plus adaptée, même si ces derniers restent au final, toujours décisionnaires.

Parce que, quand on habite en Suisse, ou quand on y travaille, on n’a pas toujours le temps de se préoccuper de ce genre de choses alors que l’enjeu est d’importance, pouvoir compter sur ces mêmes professionnels pour tout ce qui concerne l’administratif et le suivi de dossier peut être considéré comme un vrai plus à ne pas négliger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 × 17 =