Mieux lutter contre l’absentéisme

Notre système est formidable, parce que lorsque nous sommes atteints d’une maladie qui nous empêche d’aller travailler, nous sommes tout de même rémunérés grâce à la solidarité des autres. De plus quand il est nécessaire que nous suivions un traitement lourd, pour lutter contre une maladie grave comme le cancer, nous ne versons pas un seul centime d’euro pour être soigné ni suivi a posteriori pour éviter une rechute. Le problème que rencontre notre société est que certaines personnes abusent de ce système qui est la base de notre vie ensemble, de notre volonté commune de nous aider les uns les autres quand survient un problème.

Les arrêts maladie injustifiés

Se faisant porter pâles pour éviter d’aller travailler, de nombreuses personnes ponctionnent ainsi chaque année un budget conséquent sur notre bien commun, celui qui est issu de nos cotisations à tous, salariés, patrons comme indépendants. De plus cela crée des problèmes structurels dans les entreprises, puisque l’absence de ces salariés censément malades crée un manque de force de travail qui peut parfois être fatal à une société qui ne peut plus remplir ses carnets de commandes faute de personnel compétent. Il y a une solution pour contrôler ce type d’abus : elle s’appelle Mediverif, un organisme que peuvent mandater les entreprises pour vérifier le bien-fondé de l’arrêt de travail pour cause sanitaire.

Des failles qu’il faut combler

Si l’on souhaite que notre système puisse continuer à être opérationnel, il faut pour absolument que chacun se responsabilise, en France. De nombreux français aiment leur travail et cotisent sans brocher. Il n’est plus question d’abuser d’un bien public pour sa propre complaisance. L’égoïsme n’est pas inscrit dans notre devise, mais bien au contraire on y trouve le mot fraternité, c’est-à-dire le respect des autres. Sans celui-ci nous ne pourrons continuer à bénéficier des services qu’offre encore aujourd’hui la Caisse Primaire d’Assurance Maladie à ceux qui sont alités et ne peuvent plus travailler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 + 25 =