3 astuces étonnantes pour réduire son impact environnemental

20 octobre 2022

Accueil » Environnement » 3 astuces étonnantes pour réduire son impact environnemental
Sommaire de l'article

Ce n’est une surprise pour personne : depuis quelques années, la planète va de plus en plus mal. « Il y a urgence à agir », nous prévient le GIEC, groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat et le réchauffement climatique. Il est donc de la responsabilité de chacun de prendre les mesures nécessaires pour réduire son impact environnemental. On vous révèle nos 3 astuces écologie auxquelles vous n’auriez pas pensé !

1. Favoriser un moyen de paiement dont l’impact environnemental est moindre

Vous ne vous en doutez peut-être pas, mais toutes les transactions et tous les achats que vous réalisez ont un véritable impact négatif sur l’environnement. En effet, le paiement en cash signifie l’impression des billets et la production de pièces, leur transport impliquant l’utilisation de véhicules blindés, l’énergie consommée par les distributeurs qui fonctionnent 24h/24… Il est donc plus intelligent de favoriser la carte bancaire ; notons qu’aujourd’hui, plusieurs banques prennent en considération cet aspect écologique. C’est par exemple le cas de Au max pour moi, qui offre à ses clients la possibilité d’estimer son empreinte carbone : directement sur l’application, vous pouvez suivre le montant de vos dépenses en CO2 et de vos émissions, à condition que vous adhériez à leur carte bancaire max. Si vous êtes intéressé par cette carte de paiement gratuite, cliquez ici pour en savoir plus !

2. Sur son mobile, désactiver certaines fonctionnalités

En quelques clics, vous pouvez effectivement donner un grand coup de pouce à la planète. Aujourd’hui, notre téléphone portable est devenu un indispensable et il est difficile de s’en passer plus de quelques minutes. Avec toutes les fonctionnalités que ce petit bijou technologique propose, c’est à la fois notre réveil, notre agenda, notre moyen de communiquer avec nos proches… Mais malheureusement c’est un compagnon très polluant. Afin de limiter sa consommation d’énergie, vous pouvez néanmoins restreindre l’usage d’outils qui ne vous sont pas forcément utiles toute la journée. Ainsi, si vous n’en avez pas besoin, nous vous conseillons de désactiver vos notifications, votre localisation, votre wi-fi et votre Bluetooth : si vous disposez d’une fonctionnalité « économie d’énergie » c’est encore mieux !

3. Éviter d’envoyer trop de mails et nettoyer sa boîte de réception

Étonnamment, un envoi de mail est extrêmement énergivore. En effet, l’envoi d’un mail implique son écriture, sa relecture… Donc un certain temps passé devant son écran, engendrant un véritable impact négatif sur l’environnement ! Plus un mail est lourd, c’est-à-dire plus il est chargé de contenu (pièces jointes, écriture HTML…), plus son empreinte carbone est élevée. Il en est de même pour le stockage de ces mails : il est important de penser à supprimer ses courriels inutiles, ainsi que les indésirables et les spams. Sans oublier de vider sa corbeille ! À savoir qu’un mail conservé représente 10 grammes de CO2, et que la suppression de 30 mails est égale à l’économie de la consommation d’une ampoule allumée pendant 24 heures.

———–

C’est un malheureux constat : l’heure est grave pour notre planète. Mais comme nous avons pu vous l’expliquer, même à notre échelle nous pouvons l’aider et limiter la casse. Nous vous invitons à participer à la protection de notre environnement grâce à des petits gestes simples, qui ne vous demanderont pas beaucoup d’efforts !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 + 3 =