Tanzanie : relance économique par le tourisme

1 juin 2022

Accueil » Finance » Tanzanie : relance économique par le tourisme
Sommaire de l'article

Le tourisme est une source importante de revenus pour la Tanzanie et le secteur contribue fortement au développement du pays. En 2019, l’industrie touristique représentait plus de 10 % du PIB de la Tanzanie, un chiffre encore plus élevé pour l’archipel de Zanzibar.

La pandémie de coronavirus, la fermeture des frontières et la mise en place de restrictions de voyage ont fortement impacté l’économie du pays. Le gouvernement tanzanien a donc décidé de mobiliser des ressources significatives pour aider le secteur à se relever après la crise.

Les autorités tanzaniennes ont notamment fait le choix de débloquer une enveloppe importante pour améliorer les infrastructures dans l’ensemble du pays et favoriser la reprise du tourisme en Tanzanie continentale et à Zanzibar (plus d’informations).

COVID-19 : répercussions sur l’industrie touristique en Tanzanie

Le tourisme a été le secteur le plus touché par la crise sanitaire à travers le monde. En Tanzanie, l’industrie touristique est un élément clé de la croissance du pays, sa première source de devises étrangères et sa troisième source d’emploi.

Avec la crise sanitaire en 2020, le nombre de visiteurs a baissé de 60 %, tandis que les revenus générés par le tourisme ont chuté de 72 %, passant de 489 milliards de shillings tanzaniens (193 millions d’euros) en 2019 à 136 milliards de shillings en 2020.

Cette tendance s’est ressentie dans l’ensemble de l’Afrique de l’Est. En effet, selon un communiqué de presse publié le 9 octobre 2021, les six membres de la CAE ont perdu près de 92 % de leurs revenus touristiques à la suite de la pandémie de COVID-19.

Reprise du tourisme en Tanzanie continentale et à Zanzibar

La Tanzanie a été l’un des premiers pays à rouvrir ses frontières aux touristes le 1er juin 2020 après plusieurs mois de confinement. Elle est alors rapidement devenue l’une des destinations principales pour les voyageurs en dehors de l’Europe.

La compagnie aérienne Air France a également inauguré une nouvelle ligne directe entre Paris et Zanzibar à la fin de l’année 2021. Cette nouvelle liaison, une première depuis 1974, devrait permettre de relancer le tourisme et le commerce sur l’archipel.

Pour soutenir la reprise, les autorités tanzaniennes ont débloqué une enveloppe de 90,6 milliards de shillings tanzaniens, soit plus de 33 millions d’euros, pour financer plusieurs projets liés au tourisme dans le pays.

La BAD soutient la croissance économique en Tanzanie

Dans le cadre du Document de stratégie-pays 2021-2025 publié le 8 novembre 2021, la Banque africaine de développement (BAD) a donné la priorité à l’amélioration des infrastructures en Tanzanie pour favoriser la compétitivité du pays après la crise sanitaire.

La BAD a notamment annoncé l’aménagement de nouvelles infrastructures de transport (aéroports, routes, voies navigables et chemins de fer), de distribution d’énergie propre, d’approvisionnement en eau et d’alimentation, entre autres.

L’institution a également indiqué qu’elle souhaitait miser sur le capital humain en développant les compétences des travailleurs en Tanzanie par la mise en place de programmes de formation dans le pays.

Amélioration des infrastructures pour favoriser la relance touristique

Grâce à l’appui financier du Fonds monétaire international, la Tanzanie financera 23 projets dans 5 domaines liés au tourisme en passant par l’amélioration des infrastructures locales et régionales.

Damas Ndumbaro, ministre des Ressources naturelles et du Tourisme, a annoncé que ces projets visent à réhabiliter 5875 kilomètres de routes, améliorer l’accès aux sites touristiques, rénover certains aéroports et soutenir les efforts de conservation, entre autres.

Le plan de relance vise également à former les professionnels et acteurs du tourisme en Tanzanie, en particulier dans les régions les plus touchées par la pandémie.

Débat sur la construction d’un téléphérique sur la le Kilimandjaro

Chaque année, ce sont plus de 50 000 touristes qui se lancent à l’ascension du Kilimandjaro, ce qui représente un chiffre d’affaires de 50 millions de dollars (45 millions d’euros) et fait vivre l’économie locale.

Un projet de construction d’un téléphérique qui favoriserait la fréquentation touristique dans la région est en débat depuis plusieurs années. Il longerait la route la plus populaire (voie Machame) pour atteindre le plateau volcanique de Shira à 3700 mètres d’altitude.

Ce projet permettrait d’augmenter de moitié le nombre de touristes en Tanzanie et d’accroître significativement les recettes touristiques, mais il donnerait la voie au tourisme de masse et pourrait mettre en péril l’environnement préservé du Kilimandjaro.

Malgré les importantes oppositions, le gouvernement tanzanien a annoncé que les travaux de construction du téléphérique pourraient débuter d’ici peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 14 =